Sal La Rocca – Contrebassiste Jazz engagé

Square

Parcours de Sal La Rocca – Jazz et autres styles

Son nom est associé à l’un des groupes belges les plus connus à l’étranger. Il s’agit du contrebassiste Sal La Rocca qui voit le jour à Seraing, près de Liège le 20 août 1961. Il est contrebassiste de Jazz mais pas seulement …

Après avoir fait ses premiers pas comme guitariste de rock, il apprend à jouer de la contrebasse en autodidacte à l’âge de 23 ans.

Les débuts de Sal La Rocca

En 1986, Sal La Rocca joue au sein du trio du pianiste français Michel Graillier avec le batteur américain Leo Mitchell.

Par après, il rejoint le trio du saxophoniste Steve Grossman dans le sud de la France.

Ensuite, il part jouer à Singapour avec le quartet du saxophoniste Steve Houben entouré du guitariste Jacques Pirotton et Rick Hollander.

Plus tard, il se rend en Allemagne avec le quartet du guitariste américain John Thomas avec Marcus Becker et Jan de Haas.

Il va remplacer Riccardo Del Fra au sein du quintet de Mikesch van Grummer (de) pendant le festival de jazz de Montreux.

Les années 1990 …

Les années 1990 confirment la présence de Sal La Rocca sur les scènes belges et européennes.

Il se produit notamment avec Phil Abraham, Ivan Paduart, Sal Nistico, Jacques Pelzer, Mal Waldron, Pierre Vaiana, Salvatore Bonafede et Dré Pallemaerts.

Il participe à la formation du Raffaela Renzulli Ensemble aux côtés du saxophoniste Charlie Mariano et du groupe Määk’s Spirit 2 dirigé par Laurent Blondiau et Jeroen Van Herzeele (nl).

On le voit, par ailleurs, au North Sea Jazz Festival à La Haye avec le saxophoniste américain Harold Land. Mais aussi en Belgique avec Dave Turner, Vic Vogel et Félix Simtaine, mais aussi avec Steve Houben, Diederik Wissels et Rick Hollander.

…et le goût du voyage.

Sal La Rocca fait plusieurs tournées avec Lee Konitz, Bruno Castellucci, Jean-François Prins et Judy Niemack.

Il tourne également avec le Nathalie Loriers Trio avec lequel il joue en Syrie, Jordanie, Japon, Brésil et au Festival international de jazz de Montréal.

Il fait partie du Ivan Paduart Quartet et du Frank Vaganée  – Mike Del Ferro Group. Il fait aussi partie du Bruno Castellucci Stringtet avec Bruno Castellucci, Éric Legnini, Erwin Vann, et une section de cordes.

À la fin des années 1990, Sal La Rocca joue avec Toots Thielemans au palais des congrès de Liège. Il jouera également au sein du trio de Philip Catherine. Après cette période son nom est cité dans Le Dictionnaire du Jazz Belge.

Des années 2000 intenses…

Au début des années 2000, il accompagne Didier Lockwood, Gordon Beck, Stanley Jordan et Bobby Durham au Festival d’Abou Dabi – Dubaï International Jazz Festival. Puis, Anne Ducros au Festival international de jazz de Montréal.

Peu après, il repart pour quelques concerts en Irlande, Roumanie, Italie et au Benelux avec Toots Thielemans et Nathalie Loriers.

Par la suite, il enregistre Latinea en 2003, son premier album en leader avec Bruno Castellucci, Peter Hertmans, Kris Goessens et Jacques Pirotton.

Pendant plusieurs années, il sera le contrebassiste attitré de la chanteuse Anne DucrosIl participera à plusieurs de ses tournées internationales et aux enregistrements .

Cette collaboration lui permet de jouer avec de grands noms du jazz comme le trompettiste Randy Brecker et les pianistes Thierry Eliez, Enrico Pieranunzi, Jacky Terrasson, ou René Urtreger.

… des années 2000 toujours plus intenses

2007 est l’année où il devient le bassiste du groupe pop rock Vaya Con Dios et les tournées européennes et mondiales se succèdent.

Aussi,en 2010, il rejoint le quintet de Steve Grossman avec Nico Menci, Alvin Queen et Joe Lovano au Dinant Jazz Night Festival.

En 2011, on le voit dans la formation du quintet de Gregory Houben avec Pierrick Pedron au saxophone alto. Par le biais du pianiste français Olivier Hutman, il rencontre la chanteuse américaine Denise King. Avec elle, il forme un trio qui tourne au Benelux et en France. Principalement.

 

…de nouveaux projets et un nouvel album Jazz dont on ne se lasse jamais

 

Son album, It Could Be The End sort en 2012 chez Igloo Records. Il en sera le leader et composera la plupart des morceaux.  Lorenzo Di Maio, Pascal Mohy, Hans van Oosterhout, et Jacques Schwarz-Bart, et propose essentiellement des compositions personnelles.

C’est en 2016 qu’il est engagé par le Sun Ra Arkestra conduit par Marshall Allen pour une petite tournée au Pays-Bas et en Belgique.

Il continue à jouer avec ses précédentes formations et accompagne en tournées un grand nombre de musiciens de jazz en Belgique ou sur les scènes internationales.

On peut citer Michel Herr, Guy Cabay, André Ceccarelli, David Linx, Sheila Jordan, Mark Murphy ou encore Scott Hamilton. La liste est encore longue avec Roby Lakatos, Steve Williams, Baptiste Trotignon, Bert Joris, Rick Margitza, Charles Loos et Stéphane Galland.

Sans oublier Sylvain Beuf, Stéphane Belmondo, Tony Rabeson, Iva Bittová, Élisabeth Kontomanou, David El Malek, Fabien Degryse ou Richie Beirach.

 

« Northern Europe boasts many excellent players, so it’s no surprise to find a quintet this good from the buttoned-up city of Brussels. It’s led by a resonant d. bassist, a gifted composer who has a distinctive and hypermodern touch. Two Belgians, guitarist Lorenzo di Maio and pianist Pascal Mohy, contribute elegant solos, but the star turn is really Jacques Schwartz-Bart, a world-class tenorist from Guadeloupe who has toured with US trumpeter Roy Hargrove a few years back. His serpentine lines are always a pleasure to follow but it’s La Rocca’s simple-sounding yet artfully harmonised themes that make this album special. The only standard here is Crescent, a J. Coltrane lament that inspires solos worthy of its composer. »  Jack Massarik

 

Dani Klein and Sal La Rocca reunite in celebration of Billie Holiday

« Dani Sings Billie shows it was the right decision. Klein, however, chose not to focus on the darker side of Holiday’s repertoire because it has been highlighted so often. “That’s why we do the songs that sound more optimistic,” La Rocca explains. “And there are plenty of them. People tend to forget that she was a cheerful woman who had a lot of fun with her piano player. « 

full article: http://www.flanderstoday.eu/arts/dani-klein-and-sal-la-rocca-reunite-celebration-billie-holiday

Entretien avec Sal La Rocca – Propos recueillis par Etienne Payen / Les photographies sont de Jos Knapen

« Son bandana, son petit air de corsaire et sa petite barbichette sont connus aux quatre coins du monde, et font de Sal La Rocca une référence comme contrebassiste au sein de la planète jazz.

Il aime cet instrument car il lui permet de parler en même temps, de s’exprimer, de rugir, de rougir et qui sait de jouir aussi. Bavard, présent ,engagé, il nous a reçu chez lui pour parler de son dernier album, de son monde à lui et de lui dans le monde. Une belle rencontre avec un mec, bâti comme un roc, amoureux du jazz, de la musique, de sa femme et comme tous les grands : de la Vie. »

L’entretien dans son intégralité se trouve ici:

http://jazzaroundmag.com/?p=1593

Découvrez le site du bassiste Sal La Rocca …

ENTRETIEN avec Sal La Rocca – Lesoir.be

Toute l’actualité de Sal La Rocca

https://www.facebook.com/sallaroccabass/

http://www.igloorecords.be/IglooJazz/albums/it-could-be-the-end/

https://sallarocca.bandcamp.com/track/insomnia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sal_La_Rocca

https://soundcloud.com/sallarocca

https://musicians.allaboutjazz.com/index_new.php?url=sallarocca&width=1024

 

Pour terminer, naviguez via les photos de Happyufindme:

(pour accéder aux liens du tableau ci-dessous, il vous faudra un compte Pinterest – Pensez a vous inscrire ou vous connectez)

mais également:

mais aussi:

Entretien avec Sal La Rocca sur « Play Misty For Me »:

 

 

Comment

2 Replies to “Sal La Rocca – Contrebassiste Jazz engagé”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *